AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 (Theödren) Sonne l'heure des jours anciens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


a fire to lighten the darkness
Premier Voyage : 21/03/2016
Missives : 62
Pseudo : Powhatan
Occupation : Dame de compagnie de l'impératrice Aurora
Localisation : Elle se trouve au château de Thornvall

MessageSujet: (Theödren) Sonne l'heure des jours anciens   Lun 28 Mar - 23:57




Sonne l'heure des jours anciens

Quand un simple murmure devint une parole. J’entendis ma mère, discutant avec une servante. Un ton frêle. Cependant, la détermination était pourtant présente dans sa voix. L’épaisseur de la porte ne pouvait aller contre cette idée. Espionner ne demeurait pas dans mes habitudes. Du moins, avec les proches. Ma mère faisait partie de ces personnes qui avaient une confiance limitée. Elle ne demeure plus la même depuis la mort du chef de la famille. Depuis sa disparition, nous avions un accord. En aucun cas elle devait s’occuper de mes responsabilités. Les cachoteries n’avait pas lieu d’exister. Je pénétrai dans la chambre sans aucune permission de ma génitrice. Elle s’était habituée à mon manque de politesse quand je savais qu’il y avait un problème. « Que se passe-t-il, mère ? » Une voix douce et prévoyante pour camoufler l’agacement. Malheureusement, elle était aussi têtue. Une hérédité qui s’avérait être un atout quand on n’y était pas confronté. Mon regard dans le sien, essayant de briser ce silence qui la rongeait. Le plus hilarant dans tout cela ? Elle savait au fond d’elle que j’apprendrais cette histoire, tôt ou tard. « Valena, pourrais-tu me répondre. » dis-je en me tournant vers la servante. Je lisais l’hésitation et la peur dans ses yeux. Qui devait-elle choisir dans ce dilemme ? Une dame ayant peu de droit sur les lieux à cause d’une santé déplorable où la vraie propriétaire qui lui offre un logement et de la nourriture pour sa famille. J’étais douce et avenante seulement avec les personnes qui ne se moquaient pas de moi. « Dois-je te rappeler qui se charge de te nourrir ? » Ma mère rejoignit la chaise la plus proche pour laisser la jeune femme raconter la fameuse nouvelle. Autant ne pas voir ma réaction et profiter des dernières secondes de silence avant la tempête. De nouveaux hectares détruits par la volonté de Kelianna. Avant sa mort, mon père me donna tout ses droits pour les terres Crowfield. Il savait bien que son épouse n’en serait point capable. Une femme éloignée de toute réalité. Perdue dans la fatalité et la folie. Pour quelles raisons lui rendais-je visite ? Le sang. En mon absence, un ami de longue date de mon père se chargeait d’améliorer cette situation. Ce fut un court séjour mais, assez pour connaitre les dernières nouvelles sombres qui s’acharnaient sur notre famille. Un retour au château qui s’avérait être mouvementé par de nouveaux brigands. Tout le royaume vivait difficilement malgré le réveil de Phillip. Les routes ne demeuraient plus surs. Un monde devenu trop sombre. Le carrosse se stoppa au beau milieu de la forêt. Aucune question venant de ma part. J’essayai de comprendre ce bruit extérieur assez suspect. Des ricanements et des pas de chevaux. Deux voix masculines échangeaient sur cette prise. Soudain, la porte s’ouvrit et un autre scélérat attrapa mon bras avant de m’obliger à sortir. « Milady, votre chemin s’arrête ici. » Je n’essayais pas de me débattre. Autant jeter les cartes au bon moment du jeu. Les deux autres hommes descendirent mes affaires. Sans gêne, à la recherche d’un objet de valeur. Mes biens se résumaient à mes robes qui reposaient au château Thornvall. Dommage pour eux. « Laissez mes affaires ! Ce sont mes cors.. Comment osez-vous ?! » Je n’osais même pas énoncer le mot corset devant eux. L’homme serrait mon bras à chaque tentative de ma part. Autant être coopérative avec ce genre de malotrus. « Ca s’rait bien de la voir dans cette tenue, non ? » Un brigand sortit une chemise blanche, un vêtement destiné aux nuitées. Les compères confirmèrent ces dires en lançant des mots indéfinissables. En réalité, je ne possédais pas de plan. L’homme à côté de moi demeurait bien plus imposant que prévu. Un cri pour annoncer ma détresse. Personne pourrait venir à mon secours. Ces bois étaient trop éloignés de la population..


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


a fire to lighten the darkness
Premier Voyage : 26/03/2016
Missives : 173
Pseudo : lukygirl
Occupation : Coursier/messager du prince Phillip
Localisation : Château de Thornvall

MessageSujet: Re: (Theödren) Sonne l'heure des jours anciens   Mar 29 Mar - 12:57


 Sonne l'heure des jours anciens

~ Shôren & Theödren ~


L
es bruits des sabots d'un cheval lancé au galop qui foulent le sol, le vent sifflant dans les oreilles, apportant une étrange sensation, furtive, de liberté... Theödren revenait de sa dernière mission un peu plus tôt que prévue, les affaires s'étaient plutôt bien déroulées, il allait pouvoir faire son rapport à l'empereur rapidement. Il était en route depuis les premières lueurs de l'aube et traversait la forêt lorsque des bruits attiraient son attention... Dans un premier temps il tira sur les rennes arrêtant le cheval en plein dans sa course. Les oreilles aux aguets il cherchait d'où pouvait provenir les bruits et surtout de quels ordres ils étaient peut-être qu'il faisait fausse route? Pourtant les rires ne trompaient pas et le cri qui suivait non plus, il ne lui fallait pas plus d'une seconde pour taper son talon contre le flan de son destrier afin de repartir encore plus vite que lorsqu'il s'était arrêté. Des brigands, il aurait dû s'en douter la forêt était le meilleur endroit pour tenter de voler les nobles. Plus il s'approchait et plus il entendait des obscénités encore plus odieuses les unes que les autres. Il avait l'effet de surprise et il comptait bien en profiter, déboulant sans crier gare, il se laissa tomber du cheval afin de tomber directement sur l'un des premier hommes, celui qui tenait le bras d'une femme, qu'il amenait à terre avec lui. Les deux hommes roulaient à terre et Theödren pris rapidement le dessus puisque le second se trouvait légèrement sonné. Pas besoin d'attendre, il lui portait un coup au visage afin de l'assommer un peu plus avant de sortir son épée et de l'achever sans se poser la moindre question.

Bien la partie la plus facile était terminée, à présent les autres étaient au courant de son arrivée et étaient donc préparé ils allaient être moins facile à vaincre. Il se relevait, faisant tourner son épée dans sa main tandis qu'il tournait autour des deux bandits qu'il restait, lorsque soudain son regard s'était posé sur la Lady qui se trouvait non loin d'eux... Lady Shôren, il aurait dû s'en douter, à croire que le destin avait repris son cours et s'amusait avec de vieilles habitudes... Mais, pour le moment il ne pouvait pas se permettre de focaliser son attention sur elle. « Allons messieurs, est-ce une façon de traiter une Dame? » Disait-il ironiquement tout en désignant les affaires de la jeune femme éparpiller un peu partout sur le sol. Il ne le montrait pas, parce que ces deux jeunes idiots ne comprendraient surement pas mais, à l'intérieur il bouillonnait littéralement... L'humour était sa façon à lui parfois de réagir face à une telle situation. « On voulait juste s'amuser un peu et c'est c'qu'on fera après t'avoir tranché la gorge. » Répondait l'un des deux avec un geste des plus grossiers envers Lady Shôren. Le combat s'engageait par la suite, il n'était pas des plus long que Theödren ait déjà connu, il savait magner l'épée depuis son enfance et il avait la plus grande des motivations quelques mètres à peine de lui. Il finissait par tranchée la gorge d'un des deux et pour l'autre sa lame lui transperça le cœur. Un genou au sol, sa main sur son épée il prit quelques secondes pour reprendre son souffle avant de se relever et de ranger cette dernière.

Il ne devait pas avoir fier allure, il avait de la terre et du sang, qui n'était pas le sien, mélangé un peu partout sur le corps. Il s'en sortait plus ou moins indemne, il aurait surement quelques traces ici et là mais, rien de très visible en tout cas. Il ne perdait pas de temps, d'autres pouvaient arriver et se dirigeait alors vers celle qui hantait son esprit à chaque instant. A l'époque un sourire se serait sûrement afficher sur son visage, aujourd'hui il se faisait bien plus discret, les années avaient passé, il avait changé et il ne pouvait simplement pas reprendre comme avant là où tout s'était arrêté. « Je vois que vous reprenez très vite vos habitudes Lady. » Ne put-il s'empêcher de rajouter avec son humour bien particulier. « Est-ce que vous allez bien? » Disait-il avec un peu plus de sérieux réellement inquiet de savoir s'ils avaient osé lui faire quoique ce soit de plus. Bien entendu les gardes qui l'accompagnait étaient déjà mort avant son arrivé. « Permettez-moi de vous raccompagnez jusqu'au château. » Demandait-il avant de plonger son regard dans le sien... Toutes les habitudes ne se perdent pas finalement...
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


a fire to lighten the darkness
Premier Voyage : 21/03/2016
Missives : 62
Pseudo : Powhatan
Occupation : Dame de compagnie de l'impératrice Aurora
Localisation : Elle se trouve au château de Thornvall

MessageSujet: Re: (Theödren) Sonne l'heure des jours anciens   Ven 1 Avr - 0:24




Sonne l'heure des jours anciens

Cette route était à éviter et je le savais bien avant la malédiction. Les environs ne demeuraient pas surs mais, il n’y avait pas d’autres accès pour atteindre la demeure Crowfield. Le reflet de la pauvreté qui s’acharnait sur ces terres. Les champs ne produisaient pas assez pour subvenir aux besoins des plus grands et des paysans. Malheureusement pour eux, ils étaient tombés sur une noble avec très peu de moyens. Ils souhaitaient compenser cette perte d’une autre manière. La dague ne se trouvait plus dans ma botte. L’impuissance totale face à ces brigands. Ce n’était pas dans mes habitudes. Toujours prête à me défendre dans ce monde où les femmes ne possédais pas leur place. Rabaissées à la soumission et ayant peu de moyens pour y faire face. Loin d’être forte et téméraire, j’essayais de me défendre s’il y en avait la possibilité. La naïveté et ma sensibilité causeraient ma perte. Bien trop touchée par la nature qu’offrait ce monde brutal. Convaincue que la violence pouvait être évitée et pourtant, voilà la réalité. Des êtres humains inconscients de leurs gestes, ayant oubliés le sens du devoir et de l’honneur. Un espoir arriva de nulle part. Un homme entendit les cris de détresse. Le criminel lacha enfin le bras quand mon sauveur se jeta sur lui avant de mettre fin à ses jours. Il ressemblait étrangement à Theodren de dos.. J’eus la confirmation quand il se retourna un instant avant de se préoccuper des criminels, enfin éloignés de mes affaires personnels. Le coursier, fidèle à lui-même, sortit une remarque qui ne pouvait plaire à ses adversaires. Une grimace s’afficha sur mon visage en entendant leur réponse. Une réaction qui dépassait toutes mes pensées. La jeune femme idéaliste et rêveuse ne réussirait pas à admettre que des personnes aussi répugnantes existaient dans ce royaume. Confiante pour ce combat, je retenais malgré tout ma respiration plusieurs secondes. Le temps pour Theodren de corriger ces scélérats. Ce n’était pas la première fois que je le voyais en action. Je ne pouvais pas nier le fait que je n’appréciais pas le voir s’engager dans des conflits. Malheureusement, le gout du risque demeurait dans ses veines. Grâce à lui, je n’étais plus menacée. « Et vous n’avez pas perdu les vôtres. » Esquissai-je avec un léger sourire. C’était devenu une habitude, à chaque premier échange, de l’humour. Certes, depuis son retour au château, cette relation était refroidit, tout comme ce royaume laissé à lui-même bien trop longtemps. Difficile sensation d’apprendre que le temps s’était écoulé durant des années alors que je pensais avoir dormi une seule nuit. Des visages ayant avancés dans le temps. La fatigue se lisait sur le sien. Affaibli par ces années sombres. « Oui, je vais très bien, merci ! J’aurais pu m’en sortir toute seule. Ai-je annoncé mon envie d’être sauvée ? Je contrôlais parfaitement la situation. » Certainement pas. Une façon assez étrange de le remercier. Theodren venait encore de tuer des hommes pour me sauver. Un simple remerciement ne demeurait pas assez pour lui montrer toute ma gratitude. Il y avait des milliers d’hommes dans ce royaume et il était toujours celui qui se trouvait toujours là dans les situations critiques. Un destin scellé entre deux âmes. Etait-ce encore le cas ? Probablement.. On ne pouvait pas supprimer toutes ces conversations, échanges, jalousies, obsessions en un clin d’oeil. Theodren fut ma faiblesse. L’homme a qui j’avais donné mon coeur, sans réfléchir aux conséquences. A présent, je ne pouvais plus résonner ainsi. Ma mère comptait sur moi pour rétablir l’honneur des Crowfield. Notre titre était en péril. Il plongea son regard dans le mien. Ensorcelé par ses yeux sombres et ce ton enchanteur. Un jeu dont il m’était impossible de jouer. Il fallait briser ce contact au plus vite. « A votre guise. » Je me dirigeai alors vers mes affaires, éparpillées autour du coffre en bois. Un ton plutôt glacial pour éviter de tomber dans ce piège orchestré par le hasard. Je les remettais à leur place avant de regarder une nouvelle fois celui qui avait capturé mon coeur. Le sang de ces brigands sur ce magnifique visage n’avait pas lieu d’être. Il le savait, je détestais apercevoir le moindre signe qui pouvait dévoiler un conflit. La main trouva un mouchoir en tissu. Je m’approchai de lui lentement avant de nettoyer les traces sur l’une de ses joues. Un bref instant d’inattention, avant de stopper ce geste déplacé. Il était plus préférable de lui remettre le tissu en main propre. Un nouvel éloignement de plusieurs mètres afin de fermer le petit coffre contenant mes affaires. « Pouvons-nous y aller ? » Le château se situait à quelques heures d’ici. Autant éviter de tomber nez à nez avec les camarades des défunts. Un léger sourire en direction de Theodren qui n’avait pas encore changé de place depuis ces dernières secondes.


AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


a fire to lighten the darkness
Premier Voyage : 26/03/2016
Missives : 173
Pseudo : lukygirl
Occupation : Coursier/messager du prince Phillip
Localisation : Château de Thornvall

MessageSujet: Re: (Theödren) Sonne l'heure des jours anciens   Dim 3 Avr - 0:17


 Sonne l'heure des jours anciens

~ Shôren & Theödren ~


L
es lieux n'étaient pas sûr, ils devaient se hâter de quitter la forêt au plus vite, seulement il ne possédait qu'un seul cheval pour deux et avec toute la volonté et l'imagination du monde il ne voyait pas comment ils allaient pouvoir prendre en plus le coffre qui contenait ses effets personnels... Theödren s'épongeait le reste de son visage avec le mouchoir en tissu que Lady Shôren venait de lui donner, n'arrivant pas à s'empêcher de penser à ce moment où s'était-elle qui avait tenu ce dernier et qui était venue essuyer le sang des trois hommes qui gisaient à terre sur son visage... La douceur de ses gestes n’égalait aucune autre qu'il avait pu connaître. Et pourtant une part de lui, lui soufflait qu'il ne devrait même plus y avoir le droit. Elle avait raison de mettre de la distance c'était ce qu'il fallait. De toute façon theödren savait que le plus raisonnable des deux ça n'avait jamais été lui... Une fois fini il se dirigeait vers son cheval afin de le ramener. Il aurait pu se moquer gentiment de ses paroles prononcés quelques instants plutôt mais, il savait que c'était sa façon bien particulière de le remercier et préférait ne pas relever. L'essentiel était qu'il était arrivé à temps pas vrai? Déjà qu'il s'en serait voulu s'il n'avait pas aidé une personne en danger, encore plus maintenant qu'il savait que cette personne était Lady Shôren, elle n'avait pas été enfin libérée de la malédiction pour que son heure soit déjà venue, de ça il en était certain. Plaçant l'étalon près de la jeune femme, il se tournait vers cette dernière.

« Je suis désolée Lady mais, nous ne pouvons emmener vos affaires il n'y a malheureusement pas assez de place. » Disait-il, baissant un instant les yeux, il se doutait bien qu'il aurait beau envoyer des hommes chercher ses affaires, ainsi que les corps des gardes, elles ne seront surement plus là depuis bien longtemps... Cependant aucune autre solution ne s'offrait à eux malheureusement. Theödren lui tendait une main pour l'aider à monter sur le cheval, s'installant à l'avant par la suite. « Il nous faut partir sans plus tarder si nous voulons en sortir avant la tombée de la nuit, tenez-vous fermement. » Indiquait-il à l'attention de la jeune femme. Ils avaient encore plusieurs heures devant eux mais, la fin de la forêt était encore à plusieurs milles de l'endroit où ils se trouvaient. Ils iraient moins vite à deux parce qu'il ne prendrait pas le risque de lancer son cheval au galop avec Shôren dessus, de plus même s'il ne l'avouerait sans doute pas devant quiconque mais, cela lui plaisait de passé plus de temps en sa compagnie... Comme au bon vieux temps, même si les choses avaient changées. Ils avaient pris la route depuis quelques minutes lorsque Theödren se décida à dénouer sa langue, ils ne pouvaient pas rester ainsi pendant des heures sans même prononcer le moindre mot.

« Vous rendiez visite à votre famille? » Demandait-il en se souvenant que pour rejoindre les terres des Crowfield il fallait passer par ici, c'était d'ailleurs la seule raison qu'elle pourrait avoir, pour avoir utilisé ce chemin là car il était impossible de l'éviter. Des bandits il y en avait toujours cela n'avait pas changé en une décennie... Il y en avait même sans doute encore plus, pendant de bref secondes l'image de son fils baignant dans son sang lui traversa l'esprit. Ses mains se resserrent sur les rennes ce qui fit freiner l'animal qui ne comprenait pas l'ordre de son maître et qui aurait bien failli les faire tomber tous les deux si Theödren n'avait pas été si instinctif pour reprendre le contrôle dans les secondes qui suivaient, l’une de ses mains trouvaient alors naturellement celles de Shôren pour la rassurer via se geste le temps d’une seconde avant de se reprendre et de la remettre sur les rennes avec la seconde. « Pardonnez-moi lady Shôren, je vous promet que cela n'arrivera plus. » La rassura-t-il de nouveau sans tarder, il allait rester concentrer c'était certains. La jeune femme avait assez risqué sa vie pour la journée de plus il ne voulait pas faillir à une seule promesse de plus.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (Theödren) Sonne l'heure des jours anciens   

Revenir en haut Aller en bas
 

(Theödren) Sonne l'heure des jours anciens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» interrogation sur comodo firewall
» Mon ordinateur troune au ralenti....depuis plusieurs jours.
» Quelle heure est-il ?
» mettre à l'heure d'un autre pays
» 900 membres en 216 jours!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AERLINN IN TUR ::  :: Thornvall-