AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 one last time (shéhérazade)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Admin Sexy Body
Premier Voyage : 10/09/2015
Missives : 40
Pseudo : meltingjoe. (clara)
Occupation : ancien noble, à la recherche de la gloire passée de la belle cité d'Agrabah
Localisation : dans le désert, bien qu'il songe à aller requérir une audience auprès de l'empereur réveillé

MessageSujet: one last time (shéhérazade)   Lun 4 Avr - 22:58


ce n'est qu'un au revoir


LOTFI & SHEHERAZADE
Lotfi avait pris sa décision, et cela faisait pas mal de temps qu'il y réfléchissait. Rien n'avait été fait à la vas-vite, elle ne pourrait pas l'accuser d'impulsivité. Pour convaincre Shéhérazade, il fallait beaucoup réfléchir, elle l'avait sauvé plusieurs fois de son caractère bien trempé et de sa facilité à agir avant de réfléchir. Alors il s'était juré de ne plus lui donner satisfaction d'être la grande soeur, celle qui sait plus que lui.
Il s'avançait parmi les tentes couleurs sables, sa sœur devait être près du puits à recueillir des informations capitales. Dès qu'ils trouvaient des caravanes d'inconnus, la belle Shéhérazade arrivait à soutirer des éléments qui pourraient leur être important. Lotfi la laissait faire, faisant ami-ami avec le reste du groupe, pour leur montrer qu'ils n'avaient rien à craindre de leur duo. Depuis qu'ils avaient fui Mi'Hen après la mariage malheureux de Shéhérazade, Lotfi s'était mis à rêver d'ailleurs. Évidemment, il y pensait depuis des années. Mais le sable et la soif lui avaient donné envie de verdure et de pluie. La peur au ventre de se retrouver face à des marchants d'esclaves, face à des amis du si riche marchant duquel ils avaient fui une nuit après l'avoir bercé de contes. Il ne voulait plus être un quidam, un va-nu-pieds, il était de sang noble après tout. Être sur le qui-vive à chaque moment de sa vie devenait lassant. Il en était épuisé.
Tout le dissuadait de rester à Agrabah, tout lui ordonnait de fuir le sud pour y revenir ensuite en vainqueur. Lotfi en était persuadé depuis longtemps maintenant, rien ni personne ne l'aiderait ici. Seul la mort et le sable qui recouvre tout se trouvait maintenant à Agrabah. Shéhérazade parlait avec deux autres femmes, tout en puisant de l'eau au puit de l'Oasis. Il ne restait plus qu'à lui faire part de son plan. Et cela n'allait pas être facile. Je viens te dire au revoir. Elle avait relevé la tête et le regardait, Lotfi avait l'impression qu'elle sondait son âme. Il se sentait souvent nu et de nouveau dans les décombres de la cité d'or lorsqu'elle posait sur lui ses yeux inquisiteurs. Elle pinçait ses lèvres et fronçait ses sourcils, l'air mécontent. Lotfi savait qu'elle se doutait de ce qu'il fomentait depuis quelques semaines. J'ai acheté de la poudre à miroir au mage de l'ancienne caravane. Elle leva alors les yeux au ciel. Et Lotfi se sentit se dégonfler, il avait acheté assez de poudre pour eux-deux, mais c'était plus par acquis de conscience, il savait qu'elle ne viendrait pas. Shéhérazade détestait trop les nordistes pour vouloir accompagner son petit frère. Dans deux jours, j'irais traverser pour me rendre au château d'épines pour voir cet empereur réveillé.

_________________

 
l o s t k i n g d o m
coming home ✻ Tell the world I'm coming home, let the rain wash away all the pain of yesterday. I know my kingdom awaits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Premier Voyage : 22/03/2016
Missives : 37
Pseudo : Eris.
Occupation : sang noble déchu, elle attend dans l'ombre de reconquérir ce qui lui revient de droit.
Localisation : dans l'aride désert du sud.

MessageSujet: Re: one last time (shéhérazade)   Mar 12 Avr - 23:22


one last time


LOTFI & SHEHERAZADE
Fuir, se cacher, mentir, voler, tuer et tout cela pour quoi . Pour tenter de survivre. Survivre à un sud ravagé dont la magnificence d’autrefois n'était plus qu'un souvenir, une cicatrice qu'on refermait peu à peu grâce à la médecine du temps, mais qui pour certains, demeurait une blessure à vif. Nostalgique de la cité d'or, la belle Shéhérazade faisait partie de ces personnes dont les souvenirs les poussaient à rêver d'impossibles fantasmes de reconquête. À ces derniers, elle s'y raccrochait comme à une bouée car ils étaient bien la seule chose qui lui permettait de rester en vie, qui lui donnait un but auquel se raccrocher. Cette incessante lutte, elle la menait non seulement pour elle-même, mais également pour son frère. Cet être de son sang qu'elle aimait par-dessus tout. Combien de fois avait-elle failli abandonner avant de continuer grâce à la seule présence de son cadet ? Shéhérazade avait alors choisi de continuer une vie de misère, une vie qu'elle haïssait.
Et encore une fois, le schéma continuel qu'elle méprisait tant se répétait. Encore une fois le frère et la sœur avaient dû sympathiser avec une bande de nomades, des gueux que jamais ils n'auraient approchés si Agrabah était toujours debout. Encore une fois, la belle des sables devait supporter leur présence et leur servir un sourire aussi faux que l'était son identité. En effet, depuis que sa tête était mise à prix, elle n'était plus Shéhérazade, mais une autre. Tantôt Esra, tantôt Rajaa ou bien Zarha, elle changeait de nom et d'histoire au fil des rencontres et cela l'irritait. Mais ce qui l'irritait davantage ces temps-ci, c'était la fâcheuse tendance de son frère à vouloir à tout prix rejoindre le nord et les barbares qui le peuplaient.

Elle ne fut ainsi guère surprise d'entendre la voix de son frère tandis qu'elle tentait de se rapprocher de deux jeunes femmes tout en puisant l'eau de l'oasis la plus proche du camp. Lotfi ressemblait beaucoup à sa sœur et tous deux possédaient la même beauté typique du sud : un teint hâlé, une chevelure sombre et un regard envoûtant. Néanmoins, ce qui les différenciait de la plupart, c'était leur façon de se comporter. Ils possédaient une certaine fierté qui inspirait le respect. Une fierté que Lotfi s'apprêtait à perdre aux yeux de son aînée. « Je viens te dire au revoir. » Shéhérazade leva un regard inquisiteur vers son frère. Elle le connaissait trop bien pour ignorer la détermination qui l'habitait. Tout comme elle, il faisait preuve d'une ténacité hors pair et la belle des sables craignait trop ce qu'il s'apprêtait à lui révéler. Elle entreprit donc de lui montrer qu'elle n'était pas dupe tout en lui répondant d'un air moqueur. « Et où comptes-tu te rendre pour me faire tes adieux avec un pareil empressement ? ». Les deux jeunes femmes se tournèrent alors vers Shéhérazade et Lotfi, les observant sous cape, curieuses. La jeune femme en voulu à son frère de ne pas l'avoir emmenée à part pour lui raconter ses plans, aussi vains soient-ils. En effet, quoiqu'il ait prévu, elle n'allait pas le laisser faire. Durant des années, elle avait dicté ses faits et gestes, ses pensées et ses désirs et ce n'était pas maintenant qu'il allait échapper à sa possessivité.
« J'ai acheté de la poudre à miroir au mage de l'ancienne caravane. ». Les lèvres pincées, Shéhérazade tenta de ne pas rire face à cette déclaration et se contenta de lever les yeux au ciel. Son frère était un idéaliste, un rêveur, mais sûrement pas assez indépendant pour prendre une telle initiative. Si, au contraire, il était réellement allé voir le mage, Shéhérazade savait très bien que cette poudre resterait au fin fond de sa besace et qu'il ne s'en servirait pas, du moins le pensait-elle. « Dans deux jours, j'irais traverser pour me rendre au château d'épines pour voir cet empereur réveillé. ». À cet instant, la jeune femme ne sut si elle devait rire ou lui cracher au visage. Elle se contenta de le fixer de cet air redoutable qui mêlait rancune, déception et sarcasme. « Tu n'es pas sérieux ? » Préférant éviter les oreilles indiscrètes et parce qu'elle désirait se retrouver sur un pied d'égalité avec son frère dans cette discussion, elle se leva et posa le saut qu'elle tenait dans ses mains au sol. Elle épousseta sa robe et attrapa Lotfi par le bras avant de le mener loin du petit groupe qui s'était formé autour du puits. Elle se posta ensuite face à lui, une fois qu'ils furent assez loin. « Tu n'as donc pas abandonné cette idée saugrenue de te rendre au nord, et ce malgré mes mises en garde ? Es-tu sourd ou bien stupide ? Jamais ce barbare ne te viendra en aide. Ni lui, ni aucun autre souverain du nord. Ils ont bien trop à faire avec leur propre combat pour le trône et ce n'est qu'idiotie de croire le contraire. » Le jugement de Shéhérazade était altéré par sa haine envers ces hommes du nord qui durant trop longtemps avaient dénigré son peuple, néanmoins, on ne pouvait entièrement la contredire. « Après toutes ces années, tu pars, décidé à accorder ta confiance à un pseudo roi que tu ne connais pas alors que j'ai tant sacrifié pour nous, pour que nous n'ayons besoin de personne ! Dis-moi mon frère, comptes-tu réellement me laisser seule ici alors que la mort est à mes trousses ? » La rage, la colère, la déception, Shéhérazade en voulait à Lotfi et encore plus à elle-même pour n'avoir pas su le garder de telles idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

one last time (shéhérazade)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camelot - Time Of Kings n'attend plus que vous ! [RPG]
» problème life time map updater
» Choose your last words This is the last time Cause you and I, we were Born To Die.. //Apple A NOTER
» MAC : BBOX / Disque dur / time capsule / time machine
» Bbox et Time machine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AERLINN IN TUR ::  :: Le désert-