AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 flashback, 1053. - scylla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


my own savior
Premier Voyage : 21/03/2016
Missives : 67
Pseudo : riya.
Occupation : mélodie qui couvre ses pas. traque et chasse, ils seront siens.
Localisation : un peu partout, mais pas bien loin des souvenirs pourrissants.

MessageSujet: flashback, 1053. - scylla   Mer 23 Mar - 12:52

ambiance électrique dans tout le village, perte de l'un des leurs, un mort en forêt. créatures dangereuses qui rôdent. la nuit tombe et les enfants s'endorment. calme total. « je reviens, surveille les. » paroles d'un père de famille. tinkerbell l'observe d'un œil égaré, il part une nouvelle fois. va-t-il ramener d'autres garçons ? question qui trottine dans sa tête, les plaintes des plus jeunes forcent la fée à s'éloigner de son bourreau. l'an 1053, rumeurs sur des mariages fleurissants. monstre intrigué, bambins qui vont naître, doit en avoir dans sa poche, doit les ramener sur son île. désir de faire souffrir les parents, faire comprendre qu'être puissant ne ramène en rien un enfant. pan s'envole, virevolte dans le ciel quelques secondes avant de s'éloigner vers skullhead, la grotte aux nombreux mystères. retrouvailles en perspective. ses pieds foulent le sable, dos à la mer il observe les parois rocheuses. il connaît bien cette grotte, les passages, les couloirs qui changent constamment. source de tout son pouvoir. droit, il attend. il l'attend. elle, la belle sirène, celle qui lui murmure les rumeurs, qui lui explique les problèmes aux alentours. qui lui ressemble. différente de tinker, petite fourbe aux écailles attirantes, gamine à qui on ne peut faire pleinement confiance. scylla. monstre des mers. le bon moment approche, la lune se positionne derrière le somptueux crâne. peter dégaine sa flûte, laisse son souffle dessiner des notes. dépêche-toi. le bruit des vagues vient se mêler à la mélodie, moyen de communication, il sait qu'elle l'entend. qu'elle va venir, encore. jamais elle ne louperait un tel rendez-vous. ils se connaissent depuis longtemps, les deux monstres, s'apprécient. l'une des seules qui s'amuse avec les perdus, l'une des seules qui connaît la position du village. l'hymne s'arrête, musique terminée, plaisir auditif envolé. il sourit, peter, se retourne pour faire face aux vagues. à quelques mètres les écailles scintillent grâce aux reflets de la lune, elle s'approche. la tête du jeune homme s'incline, son sourcil s'arque, ses bras se croisent. petite tête blonde qui sort de l'eau. impossible de quitter sa mer, tinker n'est pas là pour lui offrir des jambes. clouée. pendant quelques courtes secondes ils ne disent rien. peter l'observe, retient tous les traits de son visage et comme tous les hommes est sous son charme. c'est léger, plus amusant qu'une envie à assouvir. c'est une amitié sincère, une amitié que l'on n'a pas souvent. elle est belle, scylla, peter ne peut pas le nier. « toujours aussi ponctuelle. » rendez-vous répétitifs. soirée pour eux. ragots, rumeurs, toutes les discussions sont bonnes à prendre. le vieillard s'envole pour s'asseoir sur l'une des roches qui surplombe légèrement l'océan, il sifflote dans sa flûte, yeux fermés. pleine rélfexion. sa tête se redresse, ses iris se dirigent vers les cieux. contemple les étoiles. « des rumeurs circulent, scylla. le roi philip va se marier et ta.. » il sourit. constamment. malicieusement. « sœur aussi. tu n'es pas invitée ? » humour déplacé. presque noir. son sourire s'étire encore un peu, sourcil s'arque une nouvelle fois. intrigué d'un rien. le gosse se penche légèrement en avant, yeux dans les yeux, son âme qui cogne contre la sienne. « raconte-moi tout. ont-ils envie de faire des enfants ? des guerres se préparent ? je veux tout savoir. » vouloir tout savoir. refus de la blonde et une sirène au petit déjeuné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin Cauchemardesque
Premier Voyage : 02/05/2015
Missives : 346
Pseudo : fauve. (charlotte)
Occupation : prostituée, mendiante, mangeuse d'âmes
Localisation : là où le vent l'emporte, laissant une traînée de cadavres après son passage

MessageSujet: Re: flashback, 1053. - scylla   Mer 23 Mar - 16:38

Des notes mélodieuses qui font écho aux vagues. Et voilà Scylla qui se rapproche de la côte. Y’a un sourire qui se dessine sur ses lèvres vermeilles, tandis que la sirène émerge à la surface. Elle est encore loin du lieu de rendez-vous, et pourtant, la mélodie parvient à ses oreilles. Comme si elle virevoltait dans l’air et caressait les vagues. Elle aime sa musique. Se complait régulièrement à somnoler à ses côtés, laissant les notes l’emporter dans ses songes voluptueux. Et puis les notes s’éteignent, et Scylla reprend le fil de la réalité. Lentement, la voilà qui fend les eaux, se rapprochant petit à petit de son ami qui l’attend. Ami. Un drôle de mot. Non pas que Scylla n’ait pas d’amis. À Atlantis, elle est aimée et respectée de tous. Non, ce qui l’interpelle, c’est que son ami soit un humain. De ceux qu’elle noie d’ordinaire. Qu’elle prend plaisir à séduire, à pervertir, pour mieux les entraîner dans sa danse mortelle. Elle n’apprécie pas les humains. Parce qu’ils sont différents des sirènes. Parce que ce sont des ennemis. Mais Pan est différent. Elle s’en est très rapidement rendue compte. Et forcer de constater qu’ils se ressemblent beaucoup. Neverland, le village des enfants perdus, Pan, Tinkerbell… Une seconde famille aux yeux de Scylla. Des amis qu’elle aime visiter, et avec qui elle s’amuse. L’île où l’on ne grandit jamais. De quoi faire rêver. Pan reprend sa mélodie, tandis que Scylla n’est plus qu’à quelques mètres du rivage. Avec agilité, la voilà qui se pose sur un rocher, sa queue fouettant l’air. Ça lui fait toujours bizarre, de sortir de l’eau. Au début, ça l’avait fait paniquer. Puis elle s’y est habituée. « Toujours aussi ponctuelle. » Pan a rangé sa flute, et elle la contemple avec un large sourire. Scylla lui retourne son sourire, tandis qu’elle remet en place quelques une des mèches de ses cheveux. « Tu sais que j’apprécie nos petites conversations et que je ne les louperais pour rien au monde. » qu’elle lui susurre, avant qu’un léger rire ne s’échappe d’entre ses lèvres. Pan vient s’asseoir à ses côtés, recommence à jouer quelques notes, avant de reprendre. « Des rumeurs circulent, Scylla. Le roi Philip va se marier et ta sœur aussi. Tu n'es pas invitée ? » Une grimace déforme son visage, tandis que Scylla ne cherche pas à cacher son dégoût. Pan est ce qu’il est. Il a toujours tendance à appuyer là où ça fait mal. Mais il a toujours été comme ça, et au final Scylla s’en est accoutumée. « Ne parle pas d’elle comme ça. Elle n’est plus des nôtres. Pas depuis qu’elle nous a renié et qu’elle a ces monstruosités à la place de la queue. » qu’elle crache en pointant du doigt les jambes du garçon. Scylla a en effet entendu parler du mariage entre la princesse Ariel et un vulgaire humain. La nouvelle a eu l’effet d’un ras de marée sur le royaume d’Atlantis, et la pilule est difficile à accepter pour tout le monde. « Elle me dégoutte tellement. »  qu’elle conclue, partagée entre la haine et la déception. Ariel était son modèle, et elle a tout gâché. Un silence s’installe entre eux, tandis que Scylla ravale sa colère. Ariel est un sujet sensible, un sujet tabou. « Raconte-moi tout. Ont-ils envie de faire des enfants ? Des guerres se préparent ? Je veux tout savoir. » Le sujet préféré de Pan. Les enfants. Un sourire s’étire à nouveau sur les lèvres de Scylla. Plus sarcastique. Presque carnassier. Elle voit très bien où il veut en venir. Et ne peut qu’adhérer à cette idée. « Une fois le mariage consommé, cela ne sera qu’une question de temps. » Elle a une voix calme, posée. Menaçante. Elle jette un regard à Pan à la dérobée. Un regard entendu. « Fais lui payer Pan. Enlève-lui l’être qui compte le plus à ses yeux. Qu’elle partage notre déchirement. » Ariel, c’était la princesse d’Atlantis. Comparée à une divinité. Tous la vénéraient, et voués en elle une loyauté sans faille. La voir fuir a été vécue comme une trahison pour beaucoup. Scylla prend un petit galet entre ses mains, qu’elle lance avec rage dans l’eau. Le rocher ricoche à plusieurs reprises, avant de plonger dans la noirceur des  abysses. « Navrée de te décevoir, mais les temps sont calmes. Avec l’union de Phillip à Aurora, des rumeurs circulent sur une potentielle unification des royaumes. L’empereur Phillip de Thornvall. » Elle en aurait presque la nausée. Un empire, uni. Sans guerre. Elle en rirait presque jaune. « Comme si les Hommes étaient capables de ne pas s’autodétruire et de parler d’une seule et même voix. » Impossible. Ce projet est voué à l’échec. Scylla en est persuadée.

_________________

- Forgive me for all I have done and all I must do. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


my own savior
Premier Voyage : 21/03/2016
Missives : 67
Pseudo : riya.
Occupation : mélodie qui couvre ses pas. traque et chasse, ils seront siens.
Localisation : un peu partout, mais pas bien loin des souvenirs pourrissants.

MessageSujet: Re: flashback, 1053. - scylla   Mer 23 Mar - 22:15

amitié différente de toutes. des discussions sombres, des idées noires. scylla le monstre marin, peter le monstre terrestre. l'apprécier est un bien grand mot, la tolérer convient le mieux. si scylla vient à mourir, peter n'aurait même pas la larme à l'œil. juste un pincement au cœur, soirées à oublier. « tu sais que j’apprécie nos petites conversations et que je ne les louperais pour rien au monde. » qu'elle ne soit jamais absente, gamin capable de plonger dans les abysses pour la retrouver. besoin de parler. besoin d'être écouté, encore un enfant malgré son âge. « ne parle pas d’elle comme ça. elle n’est plus des nôtres. pas depuis qu’elle nous a renié et qu’elle a ces monstruosités à la place de la queue. elle me dégoûte tellement. » ah, ariel. mignonne petite rousse tombée sous le charme d'un homme. c'est pathétique de tomber amoureux, d'ouvrir son cœur et de finir à genoux. au même moment peter observe ses jambes, sourire aux lèvres. monstruosités. « ta queue n'est pas mieux, crois-moi. » voyant bien que le sujet n'est pas agréable pour la belle, pan ne dit rien. du moins pour l'instant.. histoire de laisser respirer le poisson hors de son eau. « une fois le mariage consommé, cela ne sera qu’une question de temps. » une question de temps. il n'a pas le temps, pan, plus le temps. il sait que ses pouvoirs ne seront pas éternels sans une imagination suffisante, un enfant qui lui ressemble. doit assouvir ce besoin d'être reflété, de ne pas être seul dans sa noirceur, dans son sadisme. perdu dans ses pensées, le regard dangereux de scylla force le gosse à remonter. ses yeux roulent, soupire qui s'échappe de ses lèvres. « pourquoi toujours prendre son temps.. » puis la voix féminine résonne de nouveau. plus calme, posée, réfléchie. « fais lui payer pan. enlève-lui l’être qui compte le plus à ses yeux. qu’elle partage notre déchirement. » rien en retour. seulement un rire léger, discret, ravalé. un pouffement comme disent les enfants. il observe les vagues, les reflets blancs. idée soudaine. quoi en échange ? il va chercher l'enfant, arrive à en faire un monstre et qu'aura-t-il en retour ? un collier d'algues ? pas assez. « navrée de te décevoir, mais les temps sont calmes. avec l’union de phillip à aurora, des rumeurs circulent sur une potentielle unification des royaumes. l’empereur phillip de thornvall.. comme si les hommes étaient capables de ne pas s’autodétruire et de parler d’une seule et même voix. » tandis que la blonde continue de résumer les histoires environnantes le gosse se lève, marche sur l'invisible et tourne autour de la belle tel un vautour affamé - ou plutôt amusé. « l’empereur de thornvall.. et moi je suis le dieu de vanàrillion tant qu'on y est. c'est tellement pathétique que des hommes se mettent autant de gloire et de pouvoir sur leurs épaules. ils sont faibles, humains et certainement moins forts si on retire leur épée des mains. tu ne trouves pas ? » son sourcil s'arque, question qui n'attend rien. il reprend la parole avant même qu'elle n'ouvre sa bouche. « enfin.. parlons de ta sœur. » exécrable. « si je m'occupe de son enfant, tu comptes me donner quoi en retour ? tu sais qu'il me faut bien plus qu'un collier en algues. » pan s'arrête face à elle. mains croisées dans son dos, sourcil arqué, prêt à négocier. capable du pire pour son bon plaisir. les enfants sont compliqués. il faut les nourrir, les élever, s'en occuper. grandir avec eux et s'imposer. ils vivent dans un monde parfait, neverland, est-ce réellement ce que scylla souhaite ? que l'avorton de sa sœur soit heureux dans une seconde famille, qu'il puisse vive et grandir sourire aux lèvres ? il ne pense pas. monstres marins, êtres sans cœur.  « elle va souffrir. pleurer sa disparition, risque de croire que vous êtes toutes coupables. tu penses vraiment être capable de faire face à tous les marins riches et sans peur avec ta jolie voix et ta queue de poisson ? » mimiques amusantes. taquin, provoque, essaye de mettre en doute la force des créatures marines. veut s'assurer qu'elle pense ses propos, qu'elle accepte de subir les rages d'une famille riche et faussement puissante. « j'aime tes idées. j'espère seulement ne pas me tromper sur toi. » que tu es hargneuse, vengeresse. que tu lui ressembles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin Cauchemardesque
Premier Voyage : 02/05/2015
Missives : 346
Pseudo : fauve. (charlotte)
Occupation : prostituée, mendiante, mangeuse d'âmes
Localisation : là où le vent l'emporte, laissant une traînée de cadavres après son passage

MessageSujet: Re: flashback, 1053. - scylla   Lun 28 Mar - 16:01

Difficile de faire semblant. À dire vrai elle n’en a même pas envie. Ariel la dégoûte. La désole. L’horripile. « Ta queue n'est pas mieux, crois-moi. » Il ne comprend pas. Ne comprendra jamais. Alors Scylla, elle ne bronche pas. Ne prend pas la peine d’expliquer l’inexplicable. Il est un homme. Elle est une sirène. Comme un chien est différent d’un chat. Il ne sait rien du monde marin, de ses richesses et de ses trésors. Ne sait pas l’effet que ça fait de faire battre sa nageoire pour vriller l’écume. De sentir les algues marines caresser sa peau. Alors elle laisse couler, et n’ajoute rien. Si ce n’est un sourire mystérieux étirant le bout de ses lèvres. « Pourquoi toujours prendre son temps… » Une remarque qui fait rire la belle sirène. L’hôpital qui se fout de la charité. Pan est immortel, et foule la terre vaine depuis bien des années déjà, pour ne pas dire des siècles. Scylla, elle ne lui a jamais demandé son âge, de peur de le troubler et de l’agacer plus que nécessaire. Mais elle se doute bien de la réponse. « Moi qui croyais que justement, tu avais tout ton temps… » Une petite boutade. D’un geste de la tête nonchalant, la voilà qui dévisage son ami. Un éclat de malice dans le fond des yeux. Se lancer des pics, parler des sujets qui fâchent, c’est un peu le quotidien de Pan et de Scylla. Pas de tabou entre eux. Surtout pas. Alors qu’elle lui expose son projet par rapport au futur enfant d’Ariel et de son prince, elle observe Pan marcher dans les airs. Pensif. Surement suppose-t-il ses propos. Se demandant ce dont il est capable. Et quels sont ses véritables desseins. Car on a rien sans rien, avec Pan. « L’empereur de Thornvall… Et moi je suis le dieu de Vanàrillion tant qu'on y est. C'est tellement pathétique que des hommes se mettent autant de gloire et de pouvoir sur leurs épaules. Ils sont faibles, humains et certainement moins forts si on retire leur épée des mains. Tu ne trouves pas ? » Scylla ne peut qu’approuver, et ne cache pas un rictus vindicatif. Les hommes sont faibles. C’est un fait que personne ne peut nier. Obsédés, guidés par leurs plus bas instincts. L’argent. La gloire. Le sexe. Tellement faciles à tromper. Tellement faciles à manipuler. « Enfin... Parlons de ta sœur. Si je m'occupe de son enfant, tu comptes me donner quoi en retour ? Tu sais qu'il me faut bien plus qu'un collier en algues. » À nouveau, le sourire de la belle sirène s’agrandit. Qu’elle le connait bien, ce Pan. « Un enfant princier ne te suffit pas ? Quoi de mieux qu’une tête couronnée comme trophée pour ta chère Neverland ? » Elle arque à son tour un sourcil. Surement que cela ne lui suffira pas, non. Car Pan est un enfant capricieux, et qu’il a flairé une affaire en or. Scylla a besoin de lui, ça il l’a très bien compris. Et il compte bien l’exploiter à son maximum. « Elle va souffrir. Pleurer sa disparition, risque de croire que vous êtes toutes coupables. Tu penses vraiment être capable de faire face à tous les marins riches et sans peur avec ta jolie voix et ta queue de poisson ? » À sa première phrase, Scylla fait un geste de la main. Signe de dédain. Qu’elle souffre. Qu’elle pleure. Qu’elle la maudisse. Grand bien lui fasse, tant qu’elle est loin de son bébé. Déchirée. Brisée. « Que peuvent-ils bien me faire ? » qu’elle gronde, soudainement menaçante. Scylla est une sirène. Une créature des fonds marins. « L’océan est mon berceau, les fonds marins ma protection. Ils ne pourront pas m’atteindre. Et ceux qui essaieront s’en brûleront les poumons. » Scylla, elle est redoutable. Surnommée Moby Dick. Redoutée de tous les marins et pirates. Beaucoup ont essayé de la tuer. Et jusqu’à présent tous moisissent dans les abysses. « Tu sais très bien de quoi nous sommes capables. Et par vengeance nous ne reculerons devant rien. Beaucoup sont ceux à vouloir voir Ariel souffrir. » C'est un fait. Les fonds marins grondent. Pleurent leur princesse disparue. Même le Roi Triton est médusé. Personne ne s'attendait à une telle trahison. Personne. « J'aime tes idées. J'espère seulement ne pas me tromper sur toi. » La sirène lève le menton, le toise d’un regard enflammé. Non, il ne s’est pas trompé. En douter la contrarie. « Est-ce que tu vas m’aider, ou pas ? » Cessons les bavardages inutiles. Et venons-en aux faits. Qu’ils se mettent d’accord.

_________________

- Forgive me for all I have done and all I must do. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: flashback, 1053. - scylla   

Revenir en haut Aller en bas
 

flashback, 1053. - scylla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Flashback !!!!
» Galerie graphique.(Artwork et autres)
» [Résolu] Bruitage Flashbacks/Rêves
» You arrived at Panic Station... ♫ [FLASHBACK Viclympe]
» mensonges et faux-semblants (sinbad - flashback)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AERLINN IN TUR ::  :: Turtleroc :: Skullhead-