AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

MessageSujet: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Mar 30 Juin - 11:47


I Don't Know How To Be Free So Teach Me


Freedom Is My Dream
Rosemay était partie, elle s'était enfuie de son petit camp provisoire, afin de partir à l'aventure toute seule. La solitude ne la gênait pas, elle avait même grandi dans cet état d'esprit. Elle remarqua bien vite qu'être seule dans un manoir et ou dans une forêt, ce n'était pas la même chose. Dans le domaine, il y avait un certains conforts alors que dans la forêt, des dangers partout. Mais Rosemay avait pris sa décision. Le collier de sa mère en valait largement la chandelle plus que la rencontre de son promis. Un promis qu'elle ne connaissait même pas. Le bout de sa robe blanche devint marron face à la saleté, elle jetait toujours un regard derrière pour voir si un garde l'ayant vu s'échapper, la suivait. Les gens étaient cupides, ils voulaient plus le pouvoir que la confiance et l'amitié. Et pour certains plus qu'une famille. Plus elle s'éloignait de son carrosse, des murs qui l'avaient vu grandir, plus elle sentait un poids se libérer dans sa poitrine. Non, elle se sentait toujours coupable de cette mort. Oui, ses mains avaient beau être gantées d'un velours blanc, elles étaient au final tachées de sang, son propre sang, le sang de sa mère. C'était son père, sa famille qui l'avaient blâmé dès le départ, pourquoi mentirait-il ? Pour se sentir mieux en jetant la faute sur sa petite fille ? Rosemay n'en savait rien mais leurs attitudes lui prouvaient le contraire. Oui sous ses jupons blancs comme la neige, sous son visage d'ange se cachaient une meurtrière sans coeur. Peut-être qu'elle devrait arrêter de se mentir à elle-même mais la jeune femme espérait sincèrement qu'être une bonne personne pourrait la racheter des actes de son passé.

C'était ce qu'elle croyait mais lorsque ce voleur lui avait volé,  le seul souvenir qu'on avait bien voulu lui donner de sa mère. Rosemay était presque partie sur le champ. C'était la prunelle de ses yeux, la seule chose qui lui redonnait l'espoir. L'espoir était quelque chose presque de méconnue chez elle mais c'était une sorte de soulagement. Une chose qu'elle effleurait, qui atténuait sa culpabilité. Rosemay courrait dans les bois, n'ayant jamais pu sortir de son domaine, elle connaissait que les rudiments de l'orientation, elle n'avait  jamais eu à faire cela. Rosemay commençait à  sentir ce grand bol d'air la détendre et en même temps la frustrer. Un nouveau sentiment vint perler dans son coeur. Elle n'arrivait pas vraiment à mettre le doigt dessus mais elle pensait que c'était la liberté, qu'elle pouvait faire tout ce qu'elle veut, personne ne la frapperait, la punirait pour cela.

Rosemay continua à s'enfoncer dans la forêt, la respiration saccadée par son corset qui lui serrait la poitrine et les hanches. Sa course ralentie par les jupons de sa robe. Son coeur battant à la chamade par cette folie. Il fallait qu'elle retrouve cet homme qu'importe le prix à payer pour cela, une deuxième cicatrice, ou une longue punition. Mais le fait d'être forcée à se marier, était déjà une horrible punition pour elle. Rosemay voulait l'amour, le bonheur, aspirant à des rêves modestes et illusoire à la fois.  Quelques heures après cette longue course folle, Rosemay marchait épuisée par cette course, elle était une lady, courir n'était pas dans son élément ni dans son éducation. Elle avait espéré de retrouver au moins le voleur, ou sa trace mais rien. Soudain, elle sentit une odeur qu'elle reconnut comme celle de la mer, salée. Rosemay adorait cette odeur, et alla s'avancer par ce qu'elle pensait, une plage. Elle était allée beaucoup plus loin qu'elle ne le pensait. Elle déboucha devant un port où elle entendit des rires disgracieux provenant d'une auberge, une taverne plutôt. Son voleur était peut-être là, dans celle-ci en train de boire cette chose affreuse qu'est l'alcool en regardant son collier, heureux d'avoir pu accomplir son méfait. Il fallait qu'elle a le coeur net, elle était partie et ce n'était pas pour se dégonfler au premier danger qui se présentait face à elle. Elle passa une main dans ses cheveux soyeux décoiffer par sa course à travers la forêt et s'avança d'une démarche de lady à travers la petit place. Elle ouvrit la porte et rentra dans la taverne.

Elle fut horrifiée et intimidée par ce qu'elle voyait, un tel degré de liberté et de débauche ne devait être autorisé, l'alcool et la décadence étaient à flots. Toute timide, vêtue de sa longue robe blanche magnifique qui lui donnait des airs d'ange. Rosemay s'avançait vers le tavernier tremblante , le coeur battant à la chamade. Elle avait peur, ses hommes la prenaient parfois par le jupon et ricanaient dans des blagues obscènes et salaces. Elle fut écœurée par cela, son éducation ne lui permettait pas d'accepter ce genre de blagues mais elle était là pour des renseignements non une bagarre dont elle n'en sortirait pas vivante. Ses mains étaient faites pour être baiser et mettre une bague dessus non pour donner des poings. Elle s'approcha du tavernier en ignorant les regards lubriques et les remarques salaces sur elle. Même, elle marchait la tête droite, le dos droit, d'une démarche presque hautaine sauf que son visage montrait à quel point elle était terrifiée. Comme un petit oiseau beau, fragile et innocent pris au piège entre les griffes des chats. Regardant le tavernier d'une voix douce et timide, presque cristalline. Rosemay commençait à parler, remarquant qu'une femme était assise non loin d'eux, ce qui la surprit, ce n'était pas un endroit pour une femme mais elle se contentait de hausser les épaules, elle ne voulait pas créer des conflits et rajouter cela à sa conscience. Ce n'était pas ses affaires.

-Bonsoir, veuillez m'excuser monsieur, je recherche un homme qui m'a volé, il y a de cela quelques heures, déclara-t-elle doucement, timidement.

Le tavernier ricanait face à sa phrase bien trop soutenue à son goût. Ce qui la déçut quelque peu mais elle aurait du s'y attendre. Rosemay n'allait pas s'arrêter de si tôt pas après ce qu'elle venait de traverser.
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin Shippeuse
Premier Voyage : 02/09/2014
Missives : 446
Pseudo : riddermark (florence)
Occupation : capitaine de l'Oriel's Jewel, tueuse, voleuse et pilleuse, croqueuse d'hommes, traitresse...
Localisation : sur toutes les eaux de Vanàrillion.

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Mer 1 Juil - 21:05



i don't know how to be free so teach me


rosemay of roy & talya blackraven

Sur les mers, comme sur terre, les rumeurs allaient bon train. Talya avait pour habitude de ne jamais prêter trop d’attention à celles qu’elle jugeait comme trop folle, trop extravagante. Celle qui avait effleurée ses oreilles et l’avait conduite jusqu’ici en faisait largement partie. Douce mélodie aux airs trompeurs. Elle n’osait y croire. Elle ne le pouvait pas. L’espoir est une faiblesse. Un mal incurable qui ronge les êtres, humains ou non. Elle ne pouvait se laisser aller à espérer. Pourtant, c’était bien une lueur infime d’espoir qui demeurait dans son cœur qui l’avait poussé à poser le pied sur les terres de Sandcliffs. « Et si tout ceci était vrai ? Et s’il était encore en vie ? » Son cœur la trompait. Il la défiait, la rendait faible parfois. Se l’arracher, l’ôter de sa poitrine voilà une idée qui lui traversait l’esprit désormais. Pourquoi pas ? Toute cette douleur et ce stupide espoir disparaitrait enfin. Pas tout de suite. Elle devait être sûre. Elle devait vérifier par elle-même et ce quoiqu’en disait ses plus fidèles alliées, ses filles sur son navire. « J’irais. Seule. » Sa décision était sans appel. Têtue, personne n’avait cherché à la faire changer d’avis. Peine perdue.

The Rude Jewel avait laissé sombrer son ancre au beau milieu de la mer, assez loin des côtes de Sandcliffs pour ne pas éveiller les soupçons, mais suffisamment près pour les apercevoir à yeux nus. On avait abaissé les drapeaux rouges. Pas de pavillon. C’était mieux ainsi. A l’approche d’un navire de contrebande, Talya marchanda son passage sans difficulté. Fantôme parmi les hommes, ombre sans nom, elle se faufila jusqu’à la taverne sans éveiller les soupçons. On ne la remarquait pas. Les hommes étaient soit trop soûl soit trop occupé à vendre leurs marchandises pour se préoccuper d’une étrangère. Capuchon enfoncée sur la tête, elle avait l’air d’un marin banal, d’un autre anonyme venu se perdre dans le port. Des gardes elle en avait croisé et à chaque fois elle avait prit grand soin de se dissimuler derrière des étales. Elle n’était pas ici pour chercher querelle. Pas aujourd’hui. En entrant dans de la taverne du port, ses yeux durent s’accoutumer à la pénombre soudaine et à la chaleur nauséabonde qui régnait. Elle prit place sur un haut tabouret de bois à l’extrémité du bar où le tavernier la regarda d’un air soupçonneux. Elle déposa une bourse contenant quelques pièces d’or qui paierait ses consommations et le silence du maitre des lieux. Il la prit, la fourra dans une poche de son pantalon rougit par le sang d’une bête fraichement tuée, et demanda ce qui pouvait faire plaisir à Talya. « Rhum. » Il s’exécuta sans rien ajouter. Le regard baladeur, les yeux bleus aux reflets gris scrutaient chaque visage, cherchaient à reconnaitre les traits de celui qui, disait-on, était revenu d’entre les morts. Elle écoutait. Le moindre murmure, la plus petite rumeur, le ragot qui passait de bouche en bouche. C’était ici, elle en était certaine, qu’elle trouverait les réponses à ses questions.

La lourde porte en bois usée s’ouvrit sur une gente dame qui n’avait rien à faire ici. La lumière du soleil pénétra timidement les lieux avant de s’évanouir presque aussitôt. L’air marin vint emplir ses narines, la rappelant vers le large. Il n’y avait pas une heure qu’elle était sur terre et déjà elle se languissait de sa mer bien aimée. Portant son verre à ses lèvres, elle observait avec une attention renouvelée celle qui venait de faire son entrée. Les cheveux décoiffées, le teint rouge de chaleur, une robe encrassée de boue. Une parfaite lady bien loin de son doux château et de son confort habituel. Tout autour, les esprits des hommes s’échauffaient. « Bonsoir, veuillez m'excuser monsieur, je recherche un homme qui m'a volé, il y a de cela quelques heures. » Talya reposa son verre avec force sur le comptoir et se mit à rire à son tour. Tous les regards, du moins ceux qui avaient entendus la plaisanterie, étaient tournés vers cette demoiselle en détresse. Et si Talya riait de son infortune et de sa stupidité, une part d’elle avait pitié pour la pauvre jeune femme. « Il est loin votre voleur ! » Elle fit signe au tavernier, qui ricanait encore, de lui servir un nouveau verre. « Votre bien aussi. Déjà revendu au plus offrant, pour sûr. Si j’en avais eu vent, ptet bien que je le porterais en ce moment même. » Elle bu son nouveau verre d’une traite, sans quitter des yeux la jeune femme à l’allure peu commune pour ce genre d’endroit. Talya, elle, vêtue tout de noir, le capuchon encore vissée sur la tête, passait pour une voyageuse un peu bourrue. Une femme dont on préférait rester à distance. Une femme dont on voyait bien qu’il n’était pas bon de provoquer.

_________________

queen of the sea



yes, i have the misfortune to be a woman on this wretched earth but my soul is no man’s property. not my father’s, not my husband’s and not my brother’s. i will not be exploited for any man’s gain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Jeu 2 Juil - 16:24


I Don't Know How To Be Free So Teach Me


Freedom Is My Dream
Dans son domaine, tout était rangé. Les domestiques étaient à leurs places et semblaient même soignés, presque bien éduqués à ses yeux. Les gens parlaient ce langage soutenu et respectueux, les farces étaient subtils et distingués. C'était l'univers dans lequel, elle avait été bercée pendant toute son enfance. Dans cette taverne, tout était différent de son univers subtil, distingué et élégant. Les personnes ne cherchaient pas à montrer leurs rangs, leurs pouvoirs, leurs richesses. Ces personnes cherchaient à s'amuser dans une décadence révoltante. Pour Rosemay, tout cet univers lui était inconnu. La jeune femme ne connaissait que la noblesse, leurs coutumes, leurs rangs et les discussions qu'il fallait aborder. Elle savait qu'une femme ne devait jamais avoir des propos féministes face à des hommes de haut rangs. Qu'on ne devait faire des farces salaces et indignes de leurs rangs. Rosemay avait eu l'éducation de parler que des choses futiles et superficielles. Ce qu'une femme digne de ce nom devait parler. Les femmes de son rang devaient remplir une seule tâche pendant toute leur vie. Celle d'être une femme dévouée à son mari. Rosemay ne comprenait pas vraiment pourquoi la femme devait être uniquement cela. Une main pour mettre une bague de fiançailles et un ventre fertile. La jeune fille ne voulait pas être uniquement cela, une figure de la mode, une épouse dévouée parce qu'elle devait l'être et non parce qu'elle le voulait. Rosemay voulait être en amour, être une mère accomplie, se battre pour ses convictions et ce qui la touche à coeur. Etre une femme indépendante et à la fois attentionnée. Non, Rosemay ne voulait pas porter la culotte dans le couple mais avoir son opinion à dire dans celui-ci.

Ce n'était pas malheureusement pas l'ambition de son père , de son oncle et sa tante. Rosemay avait du mal à comprendre sa tante, ce qu'elle faisait pour son oncle. Ils formaient un couple étrange et à la fois beau. Ils ne s'aimaient pas mais ne se haïssaient pas, ils se préoccupaient de l'un et l'autre. Sa tante tenait à son oncle et elle était prévenante, attentive avec lui. Un couple qui tenait malgré les coups durs de la vie. Rosemay admirait sa tante pour cela, elle ressemblait plus à une mère pour elle, en quelques sortes. C'était la seule figure féminine importante dans sa vie. La jeune femme pensait que sa tante tenait à elle, qu'elle connaissait ses opinions sur les mariages arrangés. Elle avait pensé que sa tante ne la forcerait pas à se marier avec un homme qui allait la tromper quasiment tous les soirs. Rosemay ne voulait pas passer à côté de l'amour, elle en avait cruellement manqué durant son enfance. Elle ne connaissait pas son promis et pourtant elle devait être là pour lui, lui faire des enfants et tenir ses engagements. Rosemay ne comprenait pas pourquoi les femmes devaient demeurer fidèles à leurs maris alors qu'ils leur étaient infidèles. Elle pensait que les femmes étaient sous-estimées en ce temps, que les hommes voulaient qu'elles soient celles qui se plient aux règles absurdes du mariage. Les femmes devaient être fortes, combatives, séductrices, courageuses et valeureuses. Elles devraient être douces aussi. Rosemay pensait ainsi, les hommes étaient aveugles face aux femmes. C'était son opinion sur la question, mais Rosemay devait rester tout le temps muette à celle-ci.

Des ricanements se firent lorsqu'elle avait parlé au tavernier. Avait-elle dit quelque chose de mal ? Rosemay ne comprenait pas pourquoi, tout le monde riait. Ils semblaient bien douteux, sales, ivres et arrogants. Cet endroit lui donnait la chair de poule mais cela faisait partie de son aventure. Elle découvrait un tout autre univers pas le plus beau, mais celui à éviter. Rosemay perdit espoir lorsqu'elle entendit une femme rire de son ignorance. Non, son voleur n'était pas là, il n'y avait pas cet homme au tatouage sur le bras. Un détail marquant qu'elle avait vu lors de son vol. Le collier de sa mère avait disparu avec ce voleur, vendu à bas prix. Il avait été le seul souvenir qu'elle avait pu avoir de sa mère. La seule chose qui la rattachait à celle-ci. La tristesse venait marquer son beau visage. Elle l'avait encore perdu. Son espoir avait complètement disparu. Rosemay ignorait les rires disgracieux des ivrognes se moquant d'elle. Elle devait partir, relevant la tête face à la femme encapuchonnée . Son regard triste se voilait quelque peu mais elle se mit à garder la tête droite malgré qu'on voyait la grande déception sur son visage aux allures d'ange tombé du ciel.

-Bien, je vous en remercie. Je vous souhaite une bonne soirée, et une bonne fortune, déclara-t-elle d'une voix douce, la gorge serrée.

Elle voulait pleurer par dessus tout face à cette perte. Rosemay soulevait les pans de sa robe prête à faire le chemin du retour. La jeune femme aura le temps de pleurer et de trouver une bonne excuse avant de rejoindre sa tante pour rencontrer son promis. La prunelle de ses yeux avait disparu à tout jamais. Rosemay avait eu tort de partir à l'aventure, une bonne fille éduquée ne retrouverait jamais un  voleur. Qu'elle idiote de penser cela ! Rosemay n'était pas faite pour être en liberté, être comme cette femme encapuchonnée, elle ne savait pas comment l'être.

 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin Shippeuse
Premier Voyage : 02/09/2014
Missives : 446
Pseudo : riddermark (florence)
Occupation : capitaine de l'Oriel's Jewel, tueuse, voleuse et pilleuse, croqueuse d'hommes, traitresse...
Localisation : sur toutes les eaux de Vanàrillion.

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Sam 4 Juil - 18:10



i don't know how to be free so teach me


rosemay of roy & talya blackraven

C’était un drôle d’endroit pour une femme. Aucun doute. Encore plus pour une femme telle que celle-ci ! Elle n’y avait pas sa place. Jolie tête, buste bien droit, vêtements de soie et manières parfaites. Non décidément cette gente dame n’était pas au bon endroit. En l’examinant de la tête aux pieds, Talya se demanda si c’était à cela qu’elle aurait ressemblé si elle était bien née. Sans doute. Les Dieux l’en préservent ! Pour rien au monde elle n’aurait échangé sa place contre celle d’une quelconque noble. Elle ne concevait pas que l’on puisse vivre sur la terre ferme, enfermée dans sa belle demeure. La vie, la vraie, se vivait au dehors. Peut-être l’avait-elle ainsi expérimentée finalement cette vie la belle étrangère. C’était peu certain. Ses manières laissaient voir qu’elle n’était pas à son aise ici. Ses gestes la trahissaient. Et puis ses yeux aussi. « Bien, je vous en remercie. Je vous souhaite une bonne soirée, et une bonne fortune. » Talya eut envie de rire à nouveau. De la moquer, de lui dire que ses bonnes manières de princesse elle pouvait se les garder. Son beau château était loin. Son prince aussi. Ici bas, la vie vous prend, comme ça, d’un coup, sans prévenir. On ne fait pas de manières. Pas le temps. Amèrement déçue, le vague espoir qu’elle avait eut de retrouver son bien dans cette taverne miteuse, venait de voler en éclats. Comment peut-on avoir un tel espoir ? Décidément, elle ne connaissait rien à la vraie vie, celle qui vous frapper de plein fouet et vous fait tomber à terre. De l’espoir Talya aussi en avait. Il refusait de se taire. Il était là. Il faisait, parfois, battre son cœur. Insatiable parasite que l’on traine avec soi tout au long de sa vie. L’espoir était un poison. Le sien elle l’avait gentiment cultivait. Mais jamais elle ne le laissait la submerger. Jamais elle ne permettait qu’il la décourage complètement et l’abatte. C’était ça le secret. Refoulant ses propres espoirs et désirs, le pirate au cœur noir, soupirant à pleins poumons, interpella la belle damoiselle en détresse avant qu’elle ne quitte définitivement les lieux. « C’est tout ? » Qu’elle lui fit tout haut, attirant l’attention de plusieurs clients. Elle se leva, prit par le bras, sans grand ménagement, la jeune femme et l’emmena dans un coin plus sombre à l’abri de quelques oreilles indiscrètes. Elle la fit asseoir de force et pris la place en face sans la laisser le temps d’ouvrir la bouche, ce qu’elle comptait visiblement faire. « Vous abandonnez facilement pour quelqu’un qui a l’air de tenir à son précieux objet. » Son acte de charité soudain ne lui ressemblait pas. Mais son espoir à elle n’était nulle part. Elle n’entendait rien. L’avait-on piégé en espérant la voir rappliquer sur les terres de Sandcliffs ? Probablement. Son quartier-maître avait finalement eut raison de se méfier, de la prévenir. Trop tard. Cette jeune femme agirait peut-être comme une assurance idéale. Une façon comme une autre de s’assurer qu’on ne la mettrait pas aux fers. Tant qu’elles seraient ensemble, Talya était presque certaine de ne pas s’attirer d’ennuis. Personne ne viendrait l’importuner. On n’oserait plus désormais lui adresser la parole. Aucune chance d’être reconnue. Elle n’était rien de plus qu’une voyageuse, un peu excentrique, venue à l’aide d’une noble femme éplorée. Une diseuse de bonnes aventures peut-être. Une escroc de bas étage assurant sa besogne quotidienne.

_________________

queen of the sea



yes, i have the misfortune to be a woman on this wretched earth but my soul is no man’s property. not my father’s, not my husband’s and not my brother’s. i will not be exploited for any man’s gain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Mer 8 Juil - 18:07


I Don't Know How To Be Free So Teach Me


Freedom Is My Dream
Rosemay était déçue ! Véritablement, elle était ! Tout ce risque enivrant pour rien ! Rien que des ivrognes saoules qui se moquaient ouvertement d'elle. Au moins, ils étaient francs, ils riaient d'elle et de sa stupidité en sa présence. Ce n'étaient pas comme les nobles qui te faisaient un sourire doux et rempli de bienveillance devant nous et crachaient leurs venins lorsqu'on avait le dos tourné. Comme sa tante l'avait fait des milliers de fois. La vie des nobles n'avait pas de sens, ni de réels codes d'honneurs. Ils étaient prétentieux et présomptueux d'avoir des valeurs mais ils étaient seulement de bons apôtres, leurs coeurs étaient vides et cupides. Rosemay ne voulait pas ressembler à ces personnes austères et dénués de réels sentiments. Elle voulait vivre la vie, la vraie vie, non celle qui était renfermée dans les livres, derrière les murs de son domaine. Elle voulait ressentir la vie, avoir des choix et la liberté de choisir. Avoir de la force, du courage, savoir ce qui est juste et bon. Rosemay voulait être une femme qui n'avait pas à s'inquiéter de son apparence, de vérifier son attitude en face des hommes. Non, elle ne voulait pas baisser les yeux face au regard d'un homme, elle voulait le regarder droit dans les yeux sans flancher, sans ciller. Rosemay voulait plus qu'être une femme à marier , puis qu'elle se dévoue exclusivement à un mari qui la trompe ouvertement. Elle ne voulait pas être qu'une mère pour ses enfants mais un modèle d'exemple. Rosemay voulait être une vraie femme comme celle qui lui faisait face.

Celle-ci lui avait parlé, lui avait pris le bras pour obliger de se retourner. La jeune femme fut curieuse de ce changement. Celle-ci était en train de rire avec ces hommes répugnants d'elle et là, elle était en train de l'aider. Pourquoi ? Ce fut sa première question mais cette mystérieuse inconnue ne lui laissait pas le choix et en même temps, elle ne voulait pas plus se faire remarquer dans cette taverne miteuse et pas propre du tout. Elle était décalée par rapport aux autres, même si ses cheveux étaient décoiffés, on voyait encore la beauté douce et innocente émaner d'elle. La belle jeune femme fit face à celle encapuchonnée, ne comprenant pas ce qui se passait en ce moment. Rosemay essayait de voir son visage, poussée par la curiosité mais elle ne voulait pas braquer l'inconnue. Rosemay savait que si elles se battaient, elle perdrait le combat. Rosemay n'était pas faite pour se battre bien qu'elle avait toujours rêvé de savoir le faire ou même d'être cette femme. Pas de contrainte, une vie trépidante et qui avait du sens comparée à la sienne, terne et insipide.

La jeune noble ne savait pas comment réagir, ni même dire un mot mais elle se devait de parler , de comprendre ce qui avait poussé cette femme qui se moquait d'elle à vouloir l'aider. Peut-être que c'était un marché ou même une question d'espoir. Peut-être que pour une fois, elle pouvait sourire et se sentir rassurer. Que si cette femme pouvait l'aider à retrouver son collier, Rosemay pourrait l'aider aussi. Un marché ou de la pitié. Elle jeta un regard sur sa belle robe blanche faite de soie et de tissus très coûteux. Sa robe était sale, déchirée à certaines endroits par les ronces, mais elle restait toujours plus luxueuse que tous les vêtements de cette taverne. Elle avait honte de son image. Si sa tante la voyait ainsi, elle aura une crise cardiaque mais il était trop tard pour reculer alors autant avancer dans cette direction.

-Que voulez-vous que je fasse madame ! Il n'est pas ici, de plus, je ne sais pas être..., s'enquit Rosemay avec un profond respect dans la voix.

La jeune noble espérait que tu ne ricanes pas d'elle avec son langage trop soutenue en même temps, comment devait-elle t'appeler ? Inconnue ? Mademoiselle ? Rosemay réalisa soudainement qu'elle parlait à une inconnue, une chose interdite chez elle mais bizarrement, c'était le cadet de ses soucis en ce moment.

-Etre comme vous. Je ne suis qu'une fille de noble qui s'est fourvoyée en voulant attraper un voleur, ajouta Rosemay en la regardant droit dans les yeux.

Que Elesnar lui vienne en aide ! Elle espérait de ne pas avoir plus d'ennuis avec cette femme, Rosemay en avait déjà assez comme ça pour le moment.




 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin Shippeuse
Premier Voyage : 02/09/2014
Missives : 446
Pseudo : riddermark (florence)
Occupation : capitaine de l'Oriel's Jewel, tueuse, voleuse et pilleuse, croqueuse d'hommes, traitresse...
Localisation : sur toutes les eaux de Vanàrillion.

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Sam 11 Juil - 10:15



i don't know how to be free so teach me


rosemay of roy & talya blackraven

Des nobles jeunes femmes comme celle qui se tenait devant elle, Talya en avait rarement vue. Elle n'était pas étrangère à la chose mais elle s'étonnait toujours de leurs manières si parfaites, de leur maintien, des leurs beaux vêtements. Enfant, elle se demandait souvent ce que sa vie serait si elle aussi revêtait de beaux vêtements et séjournait à la cour d'un prince. Des rêves enfantins trop rapidement balayés par la réalité. Une vie de soumission, de peur, de traque. Une vie sans merci ni pitié. Une vie de combats. Qui pouvait l'envier ? Talya ne s'était jamais vanté de ses exploits. Ni d'aucune chose d'ailleurs. Elle laissait la vie suivre son cours, comme la source d'eau pure suit sa sinueuse route menant jusqu'à la mer et l'océan. Elle laissait les autres raconter, même si d'odieux mensonges s'insinuaient dans les contes. On la haïssait. On l'adorait. On la jalousait et on la craignait. Bah ! C'était très bien ainsi. Talya ne se préoccupait guère de ce qu'on racontait sur son compte. Elle figurait parmi les pirates les plus connus et reconnus et cela lui suffisait amplement. Du haut de ses 26 ans, elle pouvait avouer sans peine avoir bien vécu. Elle avait connu la peur et la faim. Elle avait failli mourir plus d'une fois. Elle avait connu des situations périlleuses et s'en était toujours sortie plus ou moins indemne. Elle ne devait sa place à personne. Si elle était la femme qui se tenait aujourd'hui droite sur son tabouret, fière, sourire aux lèvres, c'était uniquement grâce à ses propres ressources. C'était sa la liberté. Ne rien de voir à personne. S'élever vers les sommets avec la seule force de ses propres bras. Ne devoir rien à personne. La liberté vient avec un prix. Elle le payait chaque jour et l'assumait. Liberté et solitude ne font qu'un.

Face à elle, la jeune femme, hésitante, débitait un flot de paroles qui ne firent qu'accentuer le sourire déjà flottant sur les lèvres de la belle Blackraven. Elle ne réprima pas le nouvel excès de rires qui menaçait de rompre et éclata franchement. Cela lui valut une nouvelle salve de regards curieux de la part de la moitié des clients. Le tavernier riait aussi sans vraiment savoir pourquoi. « Ça vous l'êtes ! Alors pourquoi l'avoir fait ? Un comportement bien stupide pour une femme dans votre genre. » Elle n'arrivait pas à saisir, à comprendre ce qui animer avec autant de passion la jeune femme devant elle. Des bijoux elle devait en avoir des centaines et plus encore. Elle pouvait bien en avoir quand bon lui semblait ! Cette idée faisait oublier à Talya la véritable raison qui l'avait conduite à se mettre en danger en venant ici. Des bijoux, la noble devait en avoir suffisamment pour satisfaire tout son équipage. Une idée que Talya ne devait pas négliger. « Vous ne serez jamais comme moi. Tout ici vous dégoûte. Vous êtes horrifiée et vous le seriez d'avantage en m'imitant. Être comme moi ! » Elle rit à nouveau. Idée saugrenue. Elle devait être folle voilà tout. « Vous ne me connaissez pas jeune fille. » Bien qu'elles devaient toutes deux avoir sensiblement le même âge, Talya se trouvait bien plus mûre que la pathétique donzelle qui lui faisait face. Elle n'avait visiblement aucune idée de ce qu'était la vie hors des murs de son château. Elle avait dû trouver dans ce simulacre d'aventure, une frisson d'un nouveau genre. Son voleur lui avait, en somme, rendu un aimable service. Elle avait finalement découvert le monde de dehors. A en juger par son état, cela ne lui convenait guère. « Rentrez chez vous. » Lui souffla-t-elle tandis qu'elle appelait à nouveau le gros tavernier pour qu'il lui serve une plus large pinte de rhum. Elle n'en aurait jamais assez et elle pressentait qu'il lui en faudrait une bonne quantité si elle devait encore supporter les supplications de la noble femme.

_________________

queen of the sea



yes, i have the misfortune to be a woman on this wretched earth but my soul is no man’s property. not my father’s, not my husband’s and not my brother’s. i will not be exploited for any man’s gain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Mer 15 Juil - 15:12


I Don't Know How To Be Free So Teach Me


Freedom Is My Dream
Elle regardait cette femme, qui semblait être plus jeune, mais plus mature qu'elle. Après tout, la vie n'avait pas été la même pour les deux côtés. Une vie paisible, mais remplie de solitude pour Rosemay et une vie remplie d'aventure pour la femme en face d'elle. Rosemay n'avait pas d'expérience de la vie, elle n'avait pas vécu. Alors que la jeune femme encapuchonnée avait vécu, survécu, peut-être même connu l'amour ou autre. Rosemay se sentait comme une enfant face à elle, mais une enfant plutôt émerveillée non horrifiée par celle-ci. Elle avait fait le choix d'une vie dure, mais remplie de quelque chose d'essentiel qui lui avait cruellement manqué. De la liberté, une aventure, une quête qui la prenait aux tripes ! Des choix que tu avais pris ! Quelque chose que Rosemay n'avait pu avoir dans sa vie. Elle avait beau être plus âgée que toi, elle n'avait pas eu de vie. Face à toi, elle se sentait comme une poupée manipulée, un animal qui devait servir à des corvées et qui n'avait pas le droit à sa liberté, à faire des choix. Son père les faisait pour elle, sa tante et son oncle aussi et elle n'avait pas le droit de dire quelque chose à cela. Non, les seules aventures que Rosemay avaient pu avoir, ce furent ses longues rêveries ou ses ballades. Cette fugue était la plus grande bêtise qu'elle avait faite, la plus grande aventure de sa vie. Rosemay avait découvert la liberté et la détermination. Alors oui, elle n'avait été qu'une noble qui s'était fourvoyée dans cette quête, mais était-ce stupide ? Peut-être. Mais ce collier était le seul objet qu'elle avait pu obtenir de sa mère, la seule preuve de son existence pour Rosemay. Avec ce collier, elle semblait connaître celle qui l'avait manqué, que celle-ci était là avec elle. C'était stupide de penser à cela d'un collier, mais Rosemay ressentait cela.

La jeune noble regardait sérieusement la jeune femme éclater de rire à nouveau à cause d'elle. Qu'avait-elle encore dit d'aussi drôle ? Était-ce son langage ? Sa façon de se tenir ? Elle eut un soupir, personne ne la prenait au sérieux, de toute manière, Rosemay en avait l'habitude. Mais de rire ainsi d'elle, la vexait quelque peu, mais il devait avoir sans doute une raison à cette moquerie. Pourquoi l'avait-elle fait ? Une impulsion, une envie grisante d'aventure ? Elle réfléchit quelque minutes à ce qu'elle allait dire, avant de commencer à dire ce qu'elle pensait.

-Une impulsion, une envie grisante d'aventure avant d'être forcée à me marier, savoir ce qu'était vraiment de vivre. Je voulais retrouver le seul souvenir que j'ai de ma mère, il est la prunelle de mes yeux, répondit Rosemay en la regardant.

Cette révélation l'avait quelque peu soulagé. Avant de se retrouver marier de force avec un homme qui ne la voyait pas comme une femme, mais un objet qu'il pouvait posséder facilement. Non, cela ne la dégoûtait pas, disons qu'elle était étonnée, même choquée de voir une telle familiarité chez les personnes présentes dans cette taverne. Choquée de voir la vraie vie qui était loin d'être facile.

-Pour tout vous dire, je suis plus horrifiée de ne pas être quelqu'un comme vous ! Vous, au moins, vous êtes libres et vous pouvez choisir ! Pas comme moi ! S'enquit-elle d'une voix douce.

Non, elle n'allait pas rentrer, elle allait continuer sa quête pour retrouver son fameux collier. Elle était déterminée à retrouver son véritable collier.

-Non, je ne vais pas rentrer chez moi, je vais retrouver mon collier, et je le veux ! Contredit-elle d'une voix déterminée.

Rosemay savait qu'elle n'allait pas réussir, mais il fallait au moins qu'elle essaye de le récupérer.


 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin Shippeuse
Premier Voyage : 02/09/2014
Missives : 446
Pseudo : riddermark (florence)
Occupation : capitaine de l'Oriel's Jewel, tueuse, voleuse et pilleuse, croqueuse d'hommes, traitresse...
Localisation : sur toutes les eaux de Vanàrillion.

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Mar 21 Juil - 19:10



i don't know how to be free so teach me


rosemay of roy & talya blackraven

Quelque chose chez cette inconnue la rendait sympathique. Elle avait cet espoir qu’on toutes les âmes innocentes, naïves, inconscientes. Des âmes perdues vouées à une fin tragique. Elle ne savait rien du monde. C’en était triste. Pathétique même. Le monde était ainsi fait. Chacun avait sa place et on laissait le long fleuve de la vie s’écouler. Les Dieux en avaient décidés ainsi et Talya ne les avaient jamais défiés. Elle les respectait. Il devait y avoir une bonne raison pour que les choses soient ainsi. On ne peut pas tous naître riche et beau  sans quoi le monde cesserait d’exister. Elle avait trouvé sa place et s’y tenait. Pour rien au monde elle ne deviendrait comme celle qui se tenait devant elle. Talya ne comprenait pas pourquoi quelqu’un voudrait devenir comme elle. Sa vie n’avait rien de bien reluisant. Oh bien sûr elle avait vécue. Elle en avait vu des choses. Elle avait voyagé. Une belle aventure. Mais dans quelles conditions ? Avec cette solitude, toujours. Avec cette tristesse et la boule au ventre. Avec la peur d’être retrouvée, capturée, torturée et finalement tuée.

Elle écoutait sa petite noble. Elle buvait son rhum et en redemandait encore. « Laissez la bouteille. » fini-t-elle par ordonner à l’aubergiste. Elle comprenait le besoin pressant qui avait poussé la jeune femme à s’aventurer là où elle n’aurait pas dû. Talya avait aussi eu une mère autrefois. Elle aurait tout fait pour elle. Tout. Il était trop tard désormais. Sa mère gisait au fond des eaux et partageait la joie d’Oriel. Talya la retrouverait le moment venu. « Pour tout vous dire, je suis plus horrifiée de ne pas être quelqu'un comme vous ! Vous, au moins, vous êtes libres et vous pouvez choisir ! Pas comme moi ! » Elle manqua de s’étouffer avec une nouvelle lampée de rhum. Reposant violemment la bouteille sur la table, elle toussota avant d’enfin pouvoir parler à nouveau. « Vous avez fais le choix de rester toutes ces années et de vous pliez à leurs volontés ! » La colère avait finalement gagné Talya. Quelques minutes plus tôt elle s’était apitoyée sur le sort de cette malheureuse mais ce moment était passé. « Libre ! » Elle tapa du poing sur la table et bu une nouvelle gorgée. C’en était trop. Talya n’était pas née libre. Personne ne la connaissait. Son histoire lui appartenait. Cette étrangère avait le culot de présumer la connaitre ! « Croyez-vous vraiment que je suis née ainsi ? Libre de mes mouvements ? Libre d’entrer où bon me semble ? Libre de vivre ? » Désormais tous les regards étaient tournés vers elle. Hausser la voix n’était pas la meilleure chose à faire en de telles circonstances. Talya savait se maîtriser pourtant, parfois, la colère la dominait toute entière. « La liberté est question de choix et d’actes ! Elle vit en nous-mêmes. Il faut la désirer, se battre pour elle. Elle a un prix. Qu’attendez-vous ? Partez ! Allez donc retrouver votre bien. Mais la liberté, vous ne la trouverez pas là-bas ! »

_________________

queen of the sea



yes, i have the misfortune to be a woman on this wretched earth but my soul is no man’s property. not my father’s, not my husband’s and not my brother’s. i will not be exploited for any man’s gain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Mer 22 Juil - 15:24


I Don't Know How To Be Free So Teach Me


Freedom Is My Dream
Rosemay eut un sursaut face à cette colère venant de la jeune encapuchonnée. Que voulait-elle dire par là ? Que c'était sa faute si elle n'avait pas connu la liberté ? Son père avait joué sur sa culpabilité toute sa vie ! Il l'avait fait obéir ainsi, en jouant sur la tristesse, le mépris et la culpabilité pour faire plier Rosemay. La propagande de son père avait tellement bien fonctionné sur elle. Pouvait-on reprocher à une enfant de faire tout ce qu'il faut pour plaire à ses parents ? Non, elle ne te connaissait pas. Elle ne savait pas ce que cela était la liberté. Son père ne voulait pas la laisser partir, et avait utilisé plus d'un vice pour lui en empêcher dont un, fut sa mère.  Elle avait pensé que certains ne méritaient pas la liberté, qu'elle ne méritait pas cela, qu'elle ne méritait pas de vivre librement. Alors non, elle n'avait pas fait le choix. C'était en écoutant tes paroles, qu'elle avait finit par comprendre que sa culpabilité de sa fugue était l'effet recherché par son père. Que cet homme n'avait pas fait que de l'utiliser comme une vulgaire poupée de porcelaine à vendre mais qu'il lui avait menti toute la ligne sur le fait de sortir du domaine. Encore une fois, elle était déçue par sa famille. Sa main venait toucher sa cicatrice celle que son père lui avait fait pour la punir de son "impertinence".

-Vous avez raison, je ne vous connais point, je suis navrée de vous avoir offensé, cela n'était pas mon intention, au contraire s'enquit-elle calmement.

Elle levait les mains en l'air pour calmer l'ardeur de l'encapuchonnée, sincèrement désolée d'avoir mise en colère celle-ci surtout que Rosemay était calme. Elle essayait de comprendre ce que tu venais de lui dire, d'assimiler tout cela. Lorsqu'elle finit par comprendre, elle se laissa tomber sur une chaise sous le choc. Sa bouche était entrouverte tandis qu'une lueur de trahison venait briller dans yeux de biches.

-Il m'a mentit, si cela est vrai ce que vous dîtes. Mon père m'a mentit comme jamais, toute ma vie. Il me disait depuis toute petite tout le contraire sur la liberté ! Que je ne méritais pas d'être libre, que je n'avais pas le droit, murmura-t-elle plus pour elle-même que pour toi.

La colère vint percer , son poing se serrait doucement mais de toute manière, quand bien même, elle voudrait être libre, elle ne savait pas survivre, elle ne savait pas comment l'être, même comment manier un poignard ou savoir fabriquer un piège ou être futile et rusée de cette manière.  

-Je veux être libre, récupérer ce collier et voir ce que je peux faire pour ma menteuse de famille mais hélas, je ne sais pas comment survivre, comment être rusée, fabriquer un piège ou même manier un poignard, déclara-t-elle calmement.

Rosemay rageait silencieusement mais avait décidé de passer au dessus de la colère sur son père pour retrouver la prunelle de ses yeux.


 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin Shippeuse
Premier Voyage : 02/09/2014
Missives : 446
Pseudo : riddermark (florence)
Occupation : capitaine de l'Oriel's Jewel, tueuse, voleuse et pilleuse, croqueuse d'hommes, traitresse...
Localisation : sur toutes les eaux de Vanàrillion.

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Jeu 23 Juil - 17:14



i don't know how to be free so teach me


rosemay of roy & talya blackraven

La liberté. Elle s’était battue pour l’obtenir. Elle avait payé le prix ordonnait par la vie. Sa liberté elle ne la devait à personne. Talya méprisait ces personnes qui se croyaient libres de droit. Ces quelques biens nés qui se pensaient au-dessus de tout. Ceux-là ne méritaient pas la liberté. Ils ne s’étaient jamais battus, comme elle, pour cette liberté. Ils se l’étaient octroyés. Ils l’avaient violé sans ménagement. Talya les méprisaient tous. Et même si elle éprouvait de la pitié et une certaine sympathie à l’égard de la jeune femme, elle la méprisait tout autant. Son innocence, sa naïveté et son inexpérience la rendait pitoyable. Talya n’arrivait décidément pas à comprendre ce qui habitait la jeune noble face à elle. Quel démon, quel sort la possédait ? Plus elle la dévisageait, plus le mystère s’épaississait. Et plus elle l’écoutait, plus elle avait la nette impression que ses paroles n’atteignaient pas leur objectif. Elle semblait ne pas vouloir comprendre. La richesse et la beauté ne garantisse pas l’intelligence. Talya leva les yeux au ciel et bu directement à la bouteille. Les sourcils désormais froncés, elle écoutait d’une oreille les divagations de la jeune femme qui ne lui parlait plus vraiment. « Les hommes… Ne leur faites jamais confiance ! Ils sont tous corrompus. Votre père est un beau salaud. Comme tous les autres. » Sur ce sujet, comme sur bien d’autres, Talya en savait long. Les hommes ne savent faire que le mal. Ils injectent des idées dans l’esprit perdu des jeunes femmes et s’en vont meurtrir leurs cœurs ! Les hommes ne méritent pas la bonté des femmes. Ils ne méritent rien d’ailleurs. « Tout le monde à le droit à sa liberté si il le désire. » Et cette jeune femme la voulait peut-être. Mais elle était bien trop sotte aux yeux de Talya pour y parvenir. Elle refusait d’écouter. Perdue dans ses songes et ses délires, elle s’imaginait un monde de perpétuelles aventures. Un monde qu’on ne trouve que dans les livres. Talya soupira. « Liberté ne rime pas avec aventures ou nature pauvre idiote ! » Sa colère ne faiblissait pas. Pire encore, elle était lasse d’écouter des paroles vides de sens. Des paroles que seule une enfant tiendrait. Devant elle il n’y avait pas une fillette de 10 ans mais bel et bien une adulte. Elle était lasse, exaspérée de ce comportement. « Toutes les femmes savent ruser. Nous avons nos propres atouts... » Et ces atouts là Talya s’en était servie durant des années pour obtenir sa liberté. Elle n’en n’avait pas honte. C’était là le prix qu’elle avait dû payer et l’assumer. Elle savait que, sans cela, elle n’aurait jamais été la femme qu’elle était aujourd’hui. Elle replaça une mèche rebelle qui s’échappait de son capuchon et haussa les sourcils, espérant que la jeune femme comprenait où elle voulait en venir.

_________________

queen of the sea



yes, i have the misfortune to be a woman on this wretched earth but my soul is no man’s property. not my father’s, not my husband’s and not my brother’s. i will not be exploited for any man’s gain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Ven 24 Juil - 13:57


I Don't Know How To Be Free So Teach Me


Freedom Is My Dream
Cette femme commençait sérieusement à l'agacer. Rosemay avait beau essayé de la calmer en essayant d'être plus calme qu'elle mais cela l'énervait d'avantage. Finalement, Rosemay comprit que tu as souffert dans les mains des nobles. Encore une ! Cela commençait sérieusement à l'énerver. Elle ne connaissait pas ces nobles, mais elle ne le considérait pas comme des seigneurs. Juste comme des animaux cupides ! C'étaient eux qu'on devait insulter de parias et de brigands ! Ils se pensaient meilleurs que tout le monde parce qu'ils étaient plus riches. Rosemay en avait entendu parler de ses nobles et franchement, elle ne les considérait même pas comme des Hommes ! Elle eut une once de compassion envers toi, cela devait être horrible pour toi de discuter avec elle. Rosemay était une fille de noble et ses expériences avec les hommes, ce fut avec son père et son oncle. Elle n'avait jamais connu d'hommes, pas même son promis. Elle ne savait comment il était mais elle suspectait que cela soit un vieil homme décharné. Son père la haïssait au point même de gâcher sa vie avec un vieil homme qui avait son âge à lui. Il serait peut-être même violent avec elle et ce qu'elle aurait connu, serait un mariage avec un homme qui la battait et la rabaissait, mais Rosemay ne voulait pas ce genre de vie. La jeune femme leva un sourcil en hochant la tête, prenant note de ce conseil dans sa tête. Son père était un salaud ? Rosemay ne savait pas si c'était approprié comme insulte mais au vu, de ce que tu venais de lui faire réaliser. Il était un sacré menteur qui n'avait cesser de lui mentir et de lui dire des horreurs pour la rendre docile. Juste parce que sa mère mère était morte en couche, il lui avait dit tout le contraire. Elle n'avait plus confiance en cet homme.

Elle était en colère et tes ricanements et tes moqueries l'agaçaient sérieusement, surtout qu'après qu'elle avait ouvert les yeux sur son père. Tu la traitais comme une idiote inculte de la vie. Elles n'avaient pas la même culture, Rosemay apprenait des choses sur la vie, des études, des protocoles, de la diction, mais elle n'était jamais sortie de son domaine, elle ne savait pas comment être à l'extérieur, se diriger dans la forêt.

-Cessez de m'insulter ! Je ne suis point une idiote ! Vous avez eu des problèmes avec les nobles, ils vous ont blessé, j'en suis sincèrement navrée. Vous savez, mon père m'a mentit toute ma vie à propos de la liberté et de ce que je mérite alors excusez-moi, si je suis inculte sur ce genre de sujets mais je ne peux rien y faire alors cessez de vous moquer de moi, déclara Rosemay en la regardant très en colère.

Elle eut un soupire, c'était la première fois qu'elle laissait éclater sa colère au grand jour. Elle avait toujours intériorisé ses problèmes. D'un seul coup , tout était sortit. Rosemay levait les yeux vers toi.

-Je suis désolée, je n'aurais pas du vous dire tout cela ! Je viens d'apprendre que ma famille m'a manipulé pour me rendre docile ! Ils disaient que comme j'étais une meurtrière, je n'avais pas le droit à la liberté. Pourtant, vous avez raison, ce n'est pas une aventure, une quête, mais je veux savoir qui je suis , ce que je vaux. J'ai envie de faire des choix, de voir les conséquences, de faire des erreurs , d'apprendre d'eux, de dire ce que je pense, oui, je pense que c'est ça la liberté mais comment le savoir si pendant toute votre vie, vous avez été dans une prison certes dorée, mais aussi dorée qu'elle soit, elle en reste pas moins une prison. Vous m'avez l'air d'être une femme qui sache ce qu'elle fait, qui a de l'espoir, qui malgré votre apparente jeunesse, vous connaissez beaucoup plus de choses sur la vie que moi et je veux les apprendre ! S'enquit-elle en la regardant.

Elle espérait que cette tirade te calmerait et te ferait comprendre ce qui se passait en elle. Elle espérait que tu arriverais mieux à la comprendre. La jeune fille noble se levait, lissa les plis de sa robe. Elle se sentait plus légère et décidait de marquer le coup en commandant se servant un verre avec ta bouteille et de boire. Sa gorge lui brûlait et elle eut une quinte de toux avec une moue dégoûtée. L'alcool 1, Rosemay 0.   
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin Shippeuse
Premier Voyage : 02/09/2014
Missives : 446
Pseudo : riddermark (florence)
Occupation : capitaine de l'Oriel's Jewel, tueuse, voleuse et pilleuse, croqueuse d'hommes, traitresse...
Localisation : sur toutes les eaux de Vanàrillion.

MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    Mer 29 Juil - 10:43



i don't know how to be free so teach me


rosemay of roy & talya blackraven

Que faisait-elle encore là ? Talya n’était pas venue jusqu’ici pour discuter de la vie avec une étrangère, noble de surcroit ! Ce qu’elle cherchait n’était pas ici. Elle n’avait pu trouver aucun renseignement. Rien. Personne ne murmurait à son oreille. Elle perdait son temps. Plus grave encore, selle mettait sa sécurité de côté et était vulnérable aux attaques. Si quelqu’un venait à la reconnaitre, elle ne donnait pas cher de sa peau. Pourtant, plutôt que de partir et de laisser cette pauvre jeune femme à son sort, Talya restait. Elle était incapable de dire pourquoi. Après tout, elle n’avait aucun lien avec cette étrangère, l’abandonner ici n’aurait aucun impact sur sa conscience. Elle avait fait bien pire. Assise sur sa chaise en bois, le dos droit, le regard vissé sur les traits de la jeune noble, Talya ne bougeait pas. Elle buvait ses paroles, esquissait un sourire de temps en temps. Il y avait du potentiel dans cette femme. Quelque chose à exploiter. Quelque chose que Talya pouvait tirer à son avantage. « Cessez donc de présumer des choses sur moi. » Agacée par ce comportement de madame-je-sais-tout, Talya prenait sur elle afin de ne pas élever le ton une fois de plus. L’attention s’était déjà trop portée de leur côté. Pourtant l’envie d’hurler la brûler de l’intérieur et ce feu là ne s’éteindrait pas tant qu’elle n’aurait pas quitté la taverne et retrouvait son navire. « Une meurtrière hein ? » Voilà qui devenait intéressant. Finalement, tout n’était pas à jeter chez cette femme. Talya l’étudiait avec un nouveau regard. Il était devenu clair que la jeune noble souhaitait réellement changer sa vie. Elle ignorait seulement que le prix à payer était élevé. Il l’est toujours. On ne devient pas libre d’un claquement de doigts. Talya n’était pas devenue la femme qu’elle était du jour au lendemain. Elle s’était battue. Elle avait dû faire des choix. Elle avait perdu des proches sur le dur chemin de la liberté. Elle avait trébuché et appris. Seule.  « Je ne peux pas vous apprendre à être libre. Personne ne le peut. » Talya était d’une nature pessimiste. La vie n’a rien à offrir. Rien d’autres que de lourds sacrifices et des pertes. Il fallait se battre en permanence pour survivre. Parfois elle enviait les dieux avant de se souvenir que leurs vies n’étaient pas parfaites non plus. « Acceptez d’être seule dans cette quête. Vous aurez beau être entouré, vous serez toujours seule. » Elle termina sa bouteille de rhum. Ce n’était pas bien raisonnable de boire alors qu’elle n’avait rien avalé depuis le matin. Elle devait encore rejoindre le port et son embarcation de fortune qui la ramènerait vers le Rude Jewel. Elle devrait passer inaperçue, marcher au milieu des badauds, des marchands et des gardes sans se faire remarquer. « Oubliez la fillette dans sa cage dorée. Elle ne vous servira à rien sinon à vous attirez des problèmes. » Talya n’avait rien à lui apprendre. Personne ne lui avait appris à elle. Sa mère lui avait toujours répété de prier les Dieux, de croire en leur bonté et de toujours suivre Oriel. Elle lui disait qu’ils veillaient sur elle. Elle lui avait appris à se méfier des hommes. Elle lui avait inculqué quelques manières. Et puis elle était partie. A partir de ce jour, Talya s’était débrouillé seule. Elle avait survécue grâce à sa seule volonté. Et parce qu’il avait été là. Il avait vu en elle plus qu’une jeune fille à demie morte. Lui aussi était parti. Il l’avait abandonné. On est toujours seule face à la vie. Talya l’avait appris depuis longtemps. Elle en payait le prix tous les jours. « Bien. Que voulez-vous savoir ? Et ne me faites plus perdre mon temps. Je ne suis pas là pour ça ! »

_________________

queen of the sea



yes, i have the misfortune to be a woman on this wretched earth but my soul is no man’s property. not my father’s, not my husband’s and not my brother’s. i will not be exploited for any man’s gain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~    

Revenir en haut Aller en bas
 

I Don't Know How To Be Free So Teach Me ~ Rosemay & Talya~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Filezilla et Free
» restes de A-squared Free impossibles à virer
» A-squared Free n'est plus disponible
» Free recrute !!
» Nouvelle de Numericable (Mobile / Free)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AERLINN IN TUR ::  :: Archives AIT-